Thomas Merle, Domaine Bouisse-Matteri : jeune vigneron à la conquête des cépages oubliés

"J'ai toujours eu tendance à m'intéresser un peu à tout et à n'importe quoi. Le matin je suis plombier, l'après-midi vigneron, le soir commerçant.»

Issu d'une famille de vignerons, le jeune Thomas Merle a une trentaine d'années et de la suite dans les idées.

En 2007, après des études en viticulture-oenologie et quelques mois passés en Australie, il rejoint ses parents Bruno et Mariette au Domaine Bouisse-Matteri, situé au coeur de la Provence dans la ville de Hyères.

 

À son arrivée au Domaine Bouisse-Matteri, une parcelle de vignes intrigue Thomas. "Nous avions plusieurs plants de vignes, qui avaient été identifiés comme étant du grenache. Or, nous savions très bien qu'il ne s'agissait en aucun cas de grenache, car physiquement, cela n'avait rien à voir.", raconte Thomas. Après plusieurs années de recherches, Thomas et sa famille découvrent alors qu'il s'agit d'un cépage oublié : le mourvaison. "Nous nous sommes empressés de changer l'étiquette sur la cuve pour y écrire la mention mourvaison !"

 

La découverte du rosé du var

 

Cette trouvaille pousse le jeune vigneron à aller plus loin et à chercher l'origine d'autres cépages. "Il y a dizaine d'années, nous avons loué des pieds de vignes plutôt chétifs dont les raisins présentaient de grosses baies roses. Au départ nous l'avions appelé aramont gris. Mais nous avons fini par comprendre qu'il s'agissait en fait d'un autre cépage oublié qui répond au nom de rosé du var. C'était en 2013", se souvient Thomas. "Quand j'ai appris que le centre du rosé cherchait des vignes de rosé du var et de mourvaison j'ai regardé les photos de ces cépages et j'y ai reconnu les nôtres. Le centre a fait venir un spécialiste qui a confirmé. Il a même trouvé un autre cépage, un peu moins rare, l'Aubun", rajoute Thomas.

Lire l'intégralité de l'article