La Cave des Vignerons de Tursan : pionnière et engagée !

Direction le cœur des Landes, entre Dax et Mont-de-Marsan pour découvrir la Cave des Vignerons de Tursan. Cette coopérative créée en 1958 produit en moyenne 30 000 hl de vins en AOP Tursan et IGP Landes. Plus de 120 vignerons adhérents sont conseillés de la vigne jusqu’à la mise en bouteille, à la manière d’un domaine. Nous rencontrons Pascal Chalandré, président dynamique de la cave.

La cave des Vignerons de Tursan

Pour la petite histoire, celle des vins de Tursan remonte à plus de 2000 ans. Déjà présents sur les tables des Empereurs romains, ils connaissent une belle période pendant le Moyen-Age avec Aliénor d’Aquitaine mais le départ des anglais et le décret du Roi de France Henri III demandant l’arrachage des vignes et interdisant le commerce de boissons alcoolisées, ne leur font pas de bien. Les affaires reprennent bien des siècles plus tard lors de la création de la cave coopérative en 1958.

Un président passionné et très investi

Fils d’agriculteur, Pascal Chalandré arrête ses études à 21 ans pour aider sur l’exploitation fruitière familiale tout en travaillant à mi-temps pour la Chambre de l’Agriculture. Chauffeur livreur pour une société de matériel agricole, il s’installe définitivement sur l’exploitation familiale en 2002, à 38 ans. Il arrache le verger malade au profit de quelques hectares de vignes et monte en parallèle une exploitation de gavage de canards en Label Rouge. Ses premières récoltes, il les vend à la cave coopérative de Tursan. De fil en aiguille, il agrandit son exploitation jusqu’à atteindre 11 hectares de vignes cette année. En parallèle, Pascal est un homme très investi localement. Président du comité des fêtes de son village, conseiller municipal, premier adjoint, président du club de sport du village qu’il a lui même monté, Pascal enchaîne ces différents postes en plus de son travail dans les vignes. « Je me suis toujours engagé « au nom de », cela fait partie de moi et cela a commencé dès mon plus jeune âge en tant que délégué de classe », nous explique t-il.

C’est donc tout naturellement que se lançant dans le milieu du vin, il a voulu s’y investir pleinement en tant qu’administrateur puis président à la CUMA des vendanges (association agricole permettant d’acheter du matériel en commun). En 2005, il intègre le Syndicat des vins de Tursan en tant que trésorier, la Cave des vignerons de Tursan en tant qu’administrateur puis devient co-président du Syndicat et vice-président de la cave en 2013. La cave représente 95% de la production de l’appellation. Cette double casquette lui a permis d’avoir un lien privilégié entre la filière et l’entreprise. Membre actif de la fédération des caves coopératives viticoles de Nouvelle Aquitaine, il est également président de la confrérie des vins de Tursan. Suite logique, il a été nommé président de la Cave de Tursan le 9 mars dernier. « Chaque président a apporté sa pierre à l’édifice et je souhaite m’axer notamment sur la communication pour faire connaître davantage nos vins de Tursan tout en continuant à améliorer leur qualité », nous explique Pascal.

Tursan, en aban !         

« Tursan, en aban » qui veut dire « Tursan, en avant » en gascon pourrait être le slogan de la cave tant celle-ci sort des sentiers battus.

Tout d’abord, la cave des vignerons de Tursan a de multiples casquettes : conseiller les vignerons pour leur production, gérer leurs vendanges, s’occuper de la vinification, du conditionnement en bouteille et BIB, du stockage et du commerce. En bref, tout gérer de la vigne au consommateur, à l’instar de nombreuses caves coopératives qui ne cumulent pas autant de missions. Les valeurs de la cave ? « L’engagement, la réactivité, l’esprit d’équipe, la qualité et la convivialité », poursuit Pascal.

D’autre part, c’est grâce à eux qu’existe l’AOC Tursan. Après 7 ans de travail avec les différents acteurs sur la reconnaissance des terroirs mais également sur l’orientation, la cave a obtenu son graal en 2011 lorsque l’INAO classe l’appellation Tursan en AOC (Appellation d’Origine Contrôlée).  

Avec des vins d’ores et déjà certifiés Agri-confiance et une double certification ISO 9001 (management et qualité des vins, traçabilité du produit à la cave) et ISO 22000 (garantie de la sécurité sanitaire du raisin jusqu’à la bouteille), la cave ne s’arrête pas là dans son engagement social, sociétal et environnemental. « Nous sommes la seule PME de la région, ce faisant nous avons un impact social, sociétal et environnemental important. Après un bilan carbone et un audit RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), nous souhaitons poursuivre notre engagement aussi bien sur le respect des droits de l’homme, la sécurité de chaque collaborateur, que sur nos actions locales et départementales (partenariat des manifestations sportives, présence sur des marchés de terroirs etc.) et l’impact de la cave sur l’environnement. », nous explique Pascal. Grâce à ces différentes actions combinées et au suivi des normes, les vignerons ont amélioré leur technicité de travail et donc la qualité de leurs raisins. « On a également réussi à mieux sécuriser le produit pour le consommateur et on a modernisé la cave tout en améliorant les conditions de travail et le processus de qualité des vins. », ajoute Pascal.

 

© La Cave des Vignerons de Tursan 

Des vins expression d’un terroir avec une forte implication locale

Concernant les vins justement, la cave peut se targuer aujourd’hui de disposer de quatre gammes: L’Esprit, L’Impératrice, Expression de l’Impératrice et Secrets de l’Impératrice et des domaines comme le Château Peyssat et le Château Bourda. Ils produisent de l’IGP Landes et surtout de l’AOC Tursan, locomotive de la cave. Dans les deux cas, leur démarche est simple : produire des vins de qualité expression d’un terroir. C’est le cas notamment du Château Bourda en AOC Tursan qui dispose d’un superbe terroir composé de galets roulés, typique de ces vallons landais protégés et ensoleillés. Disposant d’une robe foncée aux reflets noirs, ce vin puissant séduit par ses arômes de fruits rouges, de pruneaux avec une finale légèrement vanillée et des tannins soyeux. Incarnant l’authenticité des vins de Tursan, ce vin charpenté se mariera très bien avec des volailles farcies, des viandes rouges grillées ou encore des fromages à pâte molle comme le camembert ou le Pont l’Evêque.

Fidèles à leurs engagements sociaux et sociétaux, leur cuvée spéciale Oh cœur des vignes est une sélection minutieuse effectuée par des pontes du vin à chaque millésime. Parmi eux : Jean-Claude Berrouet (ancien œnologue de Château Pétrus), Michel Guérard (chef trois étoiles, propriétaire du Château de Bachen), Jacques Coussau (sommelier d’un restaurant étoilé) et bien d'autres... Une partie des ventes est reversée à la Fondation Ferrasse qui vient en aide aux grands blessés du rugby. Benoît Dauga, ancien joueur du XV de France est d’ailleurs parrain de cette jolie cuvée aux arômes de fruits rouges et noirs, avec des notes légèrement mentholées qui crée un ensemble harmonieux accompagnant parfaitement une viande rôtie ou un gibier en sauce. « On ne fait pas du vin pour faire du vin, on essaie toujours d’avoir un lien local, social ou environnemental », explique Pascal.

Tursan, le vignoble secret des Landes

Les 2,5 millions de touristes qui viennent chaque année dans la région ne connaissent que les plages. Pascal et ses 120 vignerons comptent bien communiquer davantage sur leurs superbes vallons à la pointe du département, composés de 500 hectares de vignes réparties sur 43 communes pour faire découvrir Tursan, le vignoble secret des Landes. Au delà de leur démarche sur les vins avec des cuvées spéciales, ils veulent aller davantage au devant de leurs consommateurs pour expliquer la richesse de leurs terroirs, de leurs cépages et pourquoi leurs rosés ont une robe saumonée par exemple. Outre leur présence sur les marchés agricoles, ils ont investis dans un wine truck cette année. Une belle initiative pour cette cave dynamique qui sort des sentiers battus !

Achetez en direct de la cave